Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2013

Tout ce qui brille

Que diriez-vous, en ce début de weekend, de partir à la conquête de New-York... au cours de l'année 1929? Ne me dites rien, je sais que vous êtes tentés!

images-8.jpeg

En avril dernier, Albin Michel Wiz sortait le premier tome de la nouvelle série d'Anna Godbersen, auteure de la série The Luxe dont j'avais beaucoup aimé les deux premiers volets (il faut que je m'y remette). Tout ce qui brille (Bright young things dans sa version originale) a pour objet les aventures de trois héroïnes, jeunes et belles, et décidées à mettre New-York à leurs pieds.

L'histoire commence dans l'Ohio, où nous faisons la connaissance de Cordélia et de Letty, deux jeunes filles aux grands yeux remplis de rêves d'ailleurs. Elles ne se sentent pas à leur place dans leur petite campagne étouffante, et qui n'a rien de bien folichon à leur offrir. Un évènement dans la vie de Cordélia va déclencher la fuite que les deux jeunes femmes préparent depuis un bon moment. Elles embarquent dans un train pour New-York, fébriles, confiantes et sans regrets. A New-York, il y a Astrid, jeune femme suivant les pérégrinations maritales de sa croqueuse de diamants de mère. Contrairement à Letty et Cordélia, a ce qu'on pourrait appeler une vie confortable, elle évolue dans l'insouciance des soirées des années folles comme un poisson dans l'eau, même si sa relation avec le fils du trafiquant d'alcool du coin (figures respectées à l'époque) lui cause quelques tourments.

La lecture de ce roman m'a fait redécouvrir avec plaisir la plume très vivante d'Anna Godbersen. Elle a vraisemblablement une prédisposition pour les personnages féminins relativement forts, même si je dois avouer que j'ai eu un peu de mal à m'y attacher. J'ai suivi sans déplaisir leur nouveau quotidien, mais il est parfois difficile de capter la logique des décisions de certains personnages. Cependant, on sent très bien que ce premier tome est une installation de ce qui va arriver ensuite. Nos héroïnes sont sans cesse confrontées à une nouvelle donne, et j'avoue avoir très envie de savoir quelles cartes sortiront lors du prochain tome. Par ailleurs, j'ai trouvé les personnages masculins assez intéressants, en particulier Charlie dont j'attends l'évolution avec impatience.

J'ai bien aimé me promener à New-York en cette année 1929, même si la ville reste en arrière-plan, contrairement à ce que l'on pourrait penser. Mais l'auteure nous donne une approche relativement bonne de l'ambiance de l'époque, sans trop en faire et écraser ses personnages: les fêtes, les bars clandestins (speakeasies), les situations qui évoluent très rapidement, dans le bon comme dans le mauvais sens. A. Godbersen manie très bien cet art de faire monter l'adrénaline pour mieux la faire chuter ensuite, et nos héroïnes avec. Des moments de gloire qui sont autant d'éclats éphémères qu'un rayon de soleil flirtant avec les paillettes d'une robe. En bref, une bonne lecture, et je poursuivrai la série avec grand plaisir.

Anna Godbersen, Tout ce qui brille, Albin Michel Wiz,  372 pages,  2010 (2012 pour la traduction)