Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2012

La douce tranquillité des samedis

J'ai lu ce roman presque d'une traite jeudi dernier lors d'une journée passée à Bruxelles. Chaque nouveau roman de la série à une saveur particulière, je trouve. A les lire d'affilée, il est facile de les mélanger, je suis donc contente d'écrire mes pensées au fur et à mesure que je les lis. 

La-douce-tranquillite-des-samedis.jpgJ'ai de nouveau adoré mon incursion dans la vie d'Isabel. Je suis de plus en plus familière de son quotidien, mais le plaisir de lecture reste intact. Il est même à chaque fois plus grand. 

Dans cet épisode, Isabel est sollicitée par une femme qui l'appelle à la rescousse pour l'aider à sortir son mari de la déprime. Selon elle, les accusations portées à son égard ne sont que le résultat d'une machination, et comme vous pouvez l'imaginer, l'injustice ne fait pas partie du vocabulaire de notre chère philosophe.

De nouveau, ces pérégrinations sont secondaires. La vie d'Isabel évolue doucement, confortablement. On se sent de plus en plus proche d'elle, on aime sa simplicité et sa perspicacité. Sa vie est douce, normale sans vraiment l'être, avec les quelques petits soucis du quotidien. Charlie est toujours aussi charmant, tout comme l'est son paternel! Les moments entre Isabel et Jamie sont attendrissants, mais pas mièvres. 

Ce que j'ai bien aimé dans ce tome est la part un peu plus grande qui est accordée à Eddie, l'employé de Cat, la nièce d'Isabel. Il y a un côté qu'Isabel n'arrive pas à cerner chez le jeune homme. Elle se doute que quelque chose lui est arrivé par le passé sans savoir mettre le doigt dessus. Et c'est bien notre cas aussi. Je me demande quand Alexander McCall Smith nous dévoilera ce qu'il en est!

En bref, mon enthousiasme ne diminue pas! Shopgirl l'a lu également, vous pouvez lire son avis ici

Je reviens tout à l'heure pour papoter un peu!

isa1.jpeg

La douce tranquillité des samedis, Alexander McCall Smith, 10/18,  2010, 283 pages.